Les vergers de Papi Toine




Au nord des Bouches du Rhônes, dans un petit village qui résiste encore et toujours à l'envahisseur, tous les ans une coutume ancestrale réunit une groupe d'irréductibles Gaulois : Le ramassage des olives.

Les vergers s'étalent plein sud, aux pieds des derniers contreforts des Alpilles.

La tribu au complet réunit 4 générations, qui se retrouvent dans la joie et la bonne humeur pour célébrer le grand air (qui peut être vif les jours de mistral), et la bonne chère.
En effet, après la cueillette du matin et son lot de galéjades, un véritable banquet réunit tout le monde autour d'une grande table.

La cueillette de l'après-midi est en général plus courte, du fait de l'état des participants adultes. Malgré l'apréhension au lever de table, on se remet quand même facilement à la tâche. Cependant, il convient de rester vigilant (2 chutes à déplorer). Heureusement, l'olivier n'est pas un arbre trop haut.

Une fois le signal donné par "la chef", les hommes partent au moulin d'Aureille pour y déposer les
sacs d'olives, qui sont pesés puis entreposées avant leur trituration (les fruits sont lavés, et les impuretés éliminées). De retour à la maison, l'apéritif du soir cloture la journée.

A l'issue du broyage et du pressage, il résultera l'huile, dont une partie est consommée par les ramasseurs tout au long de l'année, le reste étant revendu.
Nous contacter


Vous Ítes le visiteur

Annuaires et services